Intervenants :

Nobuyuki AKISHIGE / Restaurant Automne – Paris 11e

Ken KAWASAKI / Restaurant Ken Kawasaki – Paris 18e

Sugio YAMAGUCHI / Restaurant Botanique – Paris 11 e

Sylvain Huet – Saké samouraï et organisateur du salon

Cyril DENIS – Journaliste culinaire – présentateur de l’atelier

 

Safran, piment d’Espelette…Il est souvent compliqué d’accorder des plats à base d’épices avec le vin ! Alors pourquoi ne pas choisir un saké ? Ce reportage vous fera découvrir toutes possibilités d’accords lorsqu’il s’agit d’épices et de sakés. C’est étonnant…voire bluffant !

3 chefs japonais sur Paris travaillant la cuisine française : présentation de trois épices -> le piment d’Espelette, le safran et la baie de Sansho

 

 

 

 

Pâté en croute  :

Recette née en Champagne : la croute qui ne se mangeait pas à l’époque servait de récipient pour garder la viande cuite -> en partant de bas : Jambon persillé – carotte, canard au sang, gelée de vin jaune – croute au sarrasin qui se marie particulièrement bien avec le saké dégusté

Crème fouettée au piment d’Espelette

 

Le saké :

La brasserie de Suehiro Shuzo a transmis et perpétué pendant plus de 100 ans l’art de la production des sakés Yamahaï. C’est en effet son fondateur, Kinichiro Kagi, qui le premier a aboli le processus « d’écrasage » du riz en inventant la méthode Yamahaï consistant à faire en sorte que le riz soit lentement dégradé en cuve par les levures.

 

Dégustation conseillée : de frais à (chauffé ?)

Taux d’alcool : 15,5 %

Produit par : Suehiro Shuzo – -福島県会津若松市日新町12-38  – Fukushima Prefecture, Aizuwakamatsu-shi, Nisshin-machi 12-38

Famille : Junmai Yamahaï

Riz : Gohyakumangoku , Yukinosei

Polissage du riz : 60 % (partie résiduelle)

Valeur d’achat : +/- 50 € (bouteille de 72 cl)

 

Site internet (JP) : http://www.sake-suehiro.jp/SHOP/235.html

 

Suehiro Yamahai Junmai est un saké riche où tout ou presque se passe en bouche : des saveurs puissantes, mêlant acidité et douceur dans un parfait équilibre. Les notes sont épicées, poivrées, ponctuées par une belle amertume et des sensations minérales en finale.

 

 

L’article en version « pdf » :  Atelier 02 03 – Epices et sakés

Partagez sans modération !